02 JAN. 10:30 27 MAR. 12:00

Mémoire & réminiscence

EHPAD Luy de Béarn / Lavigerie / Les Jardins d'Iroise

Une offre culturelle de l’association accès)s( en direction des séniors en réponse à l’appel à projet 2018 du Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques

Daguerréotypes

de Agnès Varda - 1975

Agnès Varda, qui fut une grande photographe, a exploré toutes les variantes des images animées, toutes les possibilités offertes par elles toutes les possibilités qu’elles offrent, et toutes les fantaisies. Elle a inventé des formes qui n’appartiennent qu’à elle, qui font que ses films ne ressemblent à aucun autre, comme composés d’une infinité de miroirs tendus à des spectateurs qui ne peuvent que s’y reconnaître. Chez Agnès Varda, le passé se mêle au présent, l’ici et l’ailleurs se marient et viennent à se confondre. Une part de mystère demeure, qu’elle entend offrir en partage, en donnant à voir, à entendre, à ressentir, à éprouver, et encore en en parlant, en se souvenant, il s’agit bien toujours d’échange.
« Daguerréotypes n’est pas un film sur la rue Daguerre, pittoresque rue du 14e arrondissement, c’est un film sur un petit morceau de la rue Daguerre, entre le n°70 et le n°90, c’est un document modeste et local sur la majorité silencieuse, c’est un album de quartier, ce sont des portraits stéréo daguerréotypés, ce sont des archives pour les archéo-sociologues de l’an 2975. C’est mon Opéra Daguerre. » Agnès Varda

Sélection Française aux Oscars 1975 dans la catégorie documentaire de long-métrage
Prix du Cinéma d’Art et d’Essai 1975
Production : Ciné-Tamaris, l’INA et la ZDF (Mainz)
Distribution : Ciné-Tamaris

Mémoire & réminiscence
Maïa Bougès (France), Thierry Moinet (France)

Les artistes invitent des résidents à réaliser un travail de mémoire, déclinés en plusieurs séances. Suite à la diffusion d’extraits du film Daguerréotypes, les artistes travailleront à la réactivation de souvenirs par le biais de discussions. Le but étant de favoriser l’expression des personnes âgées à l’aide de stimuli divers et de supports variés, et ainsi de les valoriser.
Cette collecte de paroles s’appuie sur une grille de question de la part des intervenants et parfois d’un temps de recherche pour chacun des résidents (présenter un objet personnel riche en symbole et qui leur est cher, exhumer des photographies de jeunesse, ou des films de familles – ce qui peut supposer un dialogue entre les résidents et leurs familles…). Ce recueil de la biographie de chacun passera par l’évocation de souvenirs les plus éloignés pour se rapprocher du présent (enfance, école, travail, vie et fêtes de famille, vacances, etc. ).